Index> PEINTURES> 1999 > Peinture 1999

Peinture 1999


Imaginaire et limites réelles

Ces cinq tableaux sont la finalisation d’une recherche liée à l’autoportrait et à l’identité. L’imaginaire s’y déploie comme des formes humanoïdes et monstrueuses, signes de l’altérité en soi. Certaines références s’entrecroisent également comme notamment la première période de peinture de Georg Baselitz avant le retournement du tableau, ou encore le texte de William Burroughs, Les machines molles. Dans ce texte, l’auteur américain conduit la perception aux bords de l’hallucination et le réel perd de sa fermeté pour fondre dans les perceptions troubles de Burroughs.
Ces tableaux sont faits d’intensités que les figures portent non pas comme une fiction ou une narration mais plutôt comme une métaphore.

© Laurent OKROGLIC/images/dessins/
peintures/vidéos/graphisme/ web/
Contrat Creative Commons Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons
SPIP | squelette| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0